Flaubert en images

                                                                                                                   Un cœur simple, film réalisé par Marion Laine en 2008

 

BICENTENAIRE FLAUBERT 2021-2022

Flaubert en images

du 12 au 14 décembre 2022
Fondation Singer-Polignac

Flaubert répète volontiers que le but de la littérature est de représenter, de faire voir et qu’il doit lui-même voir précisément son objectif pour bien écrire. Pour cela il enquête sur les lieux de l’action, mobilise ses souvenirs et s’inspire de tableaux ou d’illustrations. L’écriture flaubertienne accorde une place importante au visuel, que ce soit dans la description du réel, dans la reconstruction du mirage antique et oriental ou dans le récit de visions intérieures. L’image peut correspondre à une chose vue dans le monde (l’artiste cherchant toujours à « se faire prunelle ») mais elle se construit aussi à partir d’une documentation textuelle et iconographique. Elle peut également être liée à l’expérience des hallucinations pathologiques et créatrices, dont Flaubert s’entretient avec Hippolyte Taine. La question même de l’image, de son élaboration poétique ou inversement de son surgissement involontaire, intéresse donc particulièrement le romancier. Cependant si, dans ses œuvres, le visuel est intrinsèquement lié à l’esthétique et à la poétique du roman, les images vues et admirées par les personnages sont souvent la cible d’une ironie, qui en révèle le caractère borné et éculé. Le refus obstiné de Flaubert vis-à-vis de l’illustration de ses propres œuvres marque ainsi une forme de méfiance de l’écrivain vis-à-vis des images, qu’on a pu interpréter comme une « iconophobie ». Mais ces réticences à l’égard de l’image graphique sont surtout révélatrices d’une poétique de l’image écrite qui doit préserver la part du rêve : « une femme écrite fait rêver à mille femmes ».

Ce colloque explorera l’ambivalence du rapport de Flaubert aux images et la portée de sa poétique dans les arts visuels du xixe au xxie siècle. Alliant le culte des images à leur critique, Flaubert a été un des pionniers de la modernité en littérature, aussi bien que dans d’autres formes d’art. Il s’agira donc de saisir la relation de différents arts visuels à l’œuvre flaubertienne, que ce soit à travers la peinture, la sculpture, le cinéma, la bande-dessinée ou le roman graphique.

Lundi 12 décembre – 13 h 30

Poétique de l’image (présidence de séance : Gilles Philippe)

Jacques Dürrenmatt : « Le mot /image/ sous la plume de Flaubert »

Christophe Ippolito (Georgia Institute of Technology, Atlanta), « Images en série dans la fiction flaubertienne »

Éric Le Calvez (Georgia State University, Atlanta), « Génétique d’une image : le chaudron fêlé »

Florence Pellegrini (université de Bordeaux-Montaigne), « Itinéraire d’un saint Pierre en plâtre ou l’allégorie “flanquée par la fenêtre” »


Mardi 13 décembre – 9 h

Image et subjectivité (présidence de séance : Pierre-Louis Rey)

Jeanne Bem (Université de la Sarre), « Le trouble dans la perception : un parcours sensoriel à travers Madame Bovary et L’Éducation sentimentale »

Kazuhiro Matsuzawa (Université de Nagoya), « Portée philosophique de l’expérience sensible »

Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS, IRHIM), « L’expérience visuelle des personnages dans Un cœur simple »

Didier Philippot (Sorbonne Université), « Flaubert et l’imagination »

Jacques-David Ebguy (Université de Paris), « Par-delà l’humain : images saillantes chez Flaubert »

Mardi 13 décembre – 14 h

Voir et savoir (présidence de séance : Bertrand Marchal)

Sarga Moussa (CNRS, Thalim), « “Ô coloristes, où êtes-vous donc?”. L’épisode de la léproserie de Damas dans les notes et la correspondance d’Orient de Flaubert »

Takashi Kinouchi (Université Rikkyo, Tokyo), « La guerre dans Salammbô : texte et document iconographique »

Florence Vatan (Université du Wisconsin, Madison), « Images du ciel »

Taro Nakajima (Université Chukyo, Nagoya), « Le christianisme et le paganisme : les images des dieux dans La Tentation de saint Antoine »

Anne Herschberg Pierrot (Université Paris 8-Vincennes), « La consistance des images (Bouvard et Pécuchet, La Tentation)

Mercredi 14 décembre – 9 h

Flaubert et les arts graphiques (présidence de séance : Bernard Vouilloux)

Ségolène Le Men (Paris Nanterre), « “Flaubert et les métamorphoses de l’image: Langlois, Rochegrosse, Burgsthal »

Norioki Sugaya (Université Rikkyo, Tokyo), « Flaubert, Hegel et la peinture hollandaise »

Kayoko Kashiwagi (Kyoto City University of Arts) : « Flaubert et le japonisme » 

Michael Zimmermann (Université catholique d’Eichstätt), « Flaubert et Odilon Redon »

Bruna Donatelli (Université Roma Tre), « Une biographie par image: Flaubert à la dernière ligne » 

Mercredi 14 décembre – 14 h

Spectaculaire Flaubert (présidence de séance Jeanne Bem)

Jacques Neefs (Johns Hopkins), « La prose pour voir »

Atsushi Yamazaki (Université  Chukyo, Nagoya), « Le pittoresque dans Bouvard et Pécuchet »

Olivier Bara (Université Lumière-Lyon 2) – « Images, montage : de la (dé)liaison dans l’oeuvre dramatique de Flaubert, de la première Tentation de saint Antoine au Château des cœurs »

Roxane Martin (université de Lorraine) : « « Flaubert à l’épreuve de l’image scénique : les décors du Château des cœurs »

Marc Cerisuelo (Université Gustave Eiffel) : « Flaubert et Astruc »


Organisateurs: 
Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel), Philippe Dufour (Université de Tours) et Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel)

Comité scientifique
Jeanne Bem (Université de Sarrebrück)
José-Luis Diaz (Université Paris Diderot. Président de la SERD)
Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre)
Jacques Neefs (Université Johns Hopkins)
Gilles Philippe (Université de Lausanne)
Pierre-Louis Rey (Université Sorbonne Nouvelle)
Jean-Claude Yon (Université de Versailles-Saint-Quentin)
Bernard Vouilloux (Université Paris Sorbonne)

Contacts: philippe.dufour@univ-tours.fr; juliette.azoulai@univ-eiffel.fr; gisele.seginger@univ-eiffel.fr 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search