Esquisse d’une nouvelle Salammbô

 

 

Dès la mort de Flaubert, qui refusait toute illustration, de nombreux peintres se sont inspirés de Salammbô, et tout particulièrement du motif de la femme nue avec un serpent. L’époque fin-de-siècle aime les odalisques, les courtisanes et les belles orientales. Dans les années 1882 et 1898, Carl Strathmann, Richard Putz, Franz von Stuck, parmi les plus connus, se font remarquer par des toiles intitulées Salammbô car le roman carthaginois est toujours à la mode. Ils choisissent de la peindre couchée avec le reptile. Parmi les illustrateurs, plus fidèles au texte flaubertien, un seul représente Salammbô allongée, tenant dans sa main un serpent qui lui enlace la taille et la cuisse : Victor-Armand Poirson, dans l’édition publiée en 1887, chez Quantin.

Mais Gabriel Ferrier, peintre orientaliste, les avait précédés et il fut l’un des premiers, en 1880, à montrer une toile représentant Salammbô, allongée et enlacée par un serpent, conservé dans une collection privée non localisée[1].

Grand prix de Rome de peinture pour Une scène du Déluge, Gabriel Ferrier enseigna à l’École des Beaux-Arts. Dans son œuvre, on signale les portraits de nombreuses personnalités de la Troisième République, et des tableaux historiques ou mythologiques, mais il n’a pas illustré de livres. Ses scènes historiques sont plutôt graves ou solennelles, cependant L’enlèvement de Ganymède (1914) charme par un côté voluptueux et engageant que pourrait avoir aussi la toile disparue. Gilles Soubigou note que le tableau représentant Salammbô fut exposé au Salon de Paris en 1880 et réexposé à l’Exposition universelle de Paris en 1889[2]. Une photogravure ancienne de la maison Goupil exhibe l’érotisme de la pose de la jeune carthaginoise avec la blancheur lumineuse du corps allongé sous les courbes noires du python, dans un fond sombre et confus où l’on distingue à peine la silhouette à peine ébauchée d’un personnage assis.

 

 

La toile était proche du style académique de l’époque, comme les nus d’Alexandre Cabanel ou de William Bouguereau. Ces peintres ont par la suite fait l’objet de critiques sévères et ont été raillés par les artistes progressistes de leur génération. Parfois on leur donna le surnom méprisant de « pompiers » à cause des casques en cuivre que portaient leurs héros épiques !

Le tableau de Gabriel Ferrier a une histoire complexe. Il fut déplacé du salon de 1880 pour une raison inconnue, peut-être politique, peut-être personnelle : l’artiste mécontent de la place attribuée à son œuvre, l’enlève et l’expose dans une galerie rue Chaptal… et l’on perd sa trace après 1889…

Il existe un petit dessin préparatoire de Gabriel Ferrier[3]. Il s’agit d’un croquis au crayon avec deux personnages placés de chaque côté de l’espace pictural, une femme nue, couchée à même le sol ou sur un tapis, garni de gros coussins, l’autre assis à sa droite, tient un instrument de musique. Les volutes du serpent, enserrant le corps d’une blancheur éclatante, imposent leur présence de part et d’autre d’une femme sans visage car le peintre a caché sa tête sous une boucle de sa longue chevelure épandue. De sa cheville au buste, en passant par la taille, le python « serrait contre elle ses noirs anneaux[4] ».  On suppose que c’est Taanach, l’esclave de Salammbô, qui est près d’elle. Elle tient un instrument, sans doute le nebal, une sorte de lyre, cité au chapitre III[5]. Dans ce moment crucial du chapitre X, les courbes du python formaient une spirale autour de son corps. Flaubert représentait son héroïne nue[6] et debout, soutenant le « poids trop lourd » du serpent.

Une scène précédente, au chapitre III, nous montrait Salammbô alanguie sous la lune, défaillante. C’est alors que la position allongée du dessin serait conforme au roman : « Puis elle retomba sur la couche d’ivoire, haletante[7] ». Dans les brouillons de ce passage, Flaubert insiste sur l’extase de la jeune fille, une sorte de vertige ou de transe, après une exposition à la lumière des rayons lunaires. Après sa longue prière à Tanit, elle est « presqu’évanouie » (f° 295[8]), « pâmée », « défaillante » (f° 292). Elle se confond avec la lune dans une union mystique. Dans le même manuscrit, une série de folios dévoilent en terme crus l’émoi de la jeune fille que le romancier exprimera de manière plus décente dans le texte imprimé : « Je me sens molle et écrasée comme si quelqu’un s’étendait sur moi. » (f° 283 v°). Au folio 288, « un dieu », noté à l’interligne, est prêt à remplacer « quelqu’un ». Anubis, projet de conte évoqué par l’auteur en 1850, devait montrer une « femme qui veut se faire baiser par un dieu[9] ». Dans le chapitre III, Salammbô est seule avec l’esclave sur sa terrasse. Flaubert ne garde pas cette attitude languide au chapitre X, où elle se tient debout avec le serpent et s’abandonne moins.

Dans sa réponse du 23 décembre 1862 à Sainte-Beuve qui a critiqué l’audace de la scène avec le serpent, Flaubert affirme avec une certaine mauvaise foi :

Il n’y a ni vice malicieux ni bagatelle dans mon serpent. Ce chapitre est une espèce de précaution oratoire pour atténuer celui de la tente qui n’a choqué personne et qui, sans le serpent, eût fait pousser des cris. J’ai mieux aimé un effet impudique (si impudeur il y a) avec un serpent qu’avec un homme. Salammbô, avant de quitter sa maison, s’enlace au génie de sa famille, à la religion même de sa patrie en son symbole le plus antique. Voilà tout.

Il dit avoir préféré placer une scène avec le python avant la « baisade » avec Mâtho. En réalité, trois scènes érotiques comparables paraissent nécessaires pour représenter l’aventure que vit Salammbô et l’émotion très vive qu’elle a ressentie : pâmée sous la lune, déterminée lors de la danse avec le serpent (assimilé à la lumière de la lune[10] dans certaines mythologies), puis docile et résignée avec Mâtho dans sa tente.

Pourquoi Ferrier a-t-il choisi une interprétation infidèle ? La vision du peintre, fixant l’instant, n’est pas celle du romancier, riche du temps qui passe.

Les peintres ont d’abord dans leur mémoire visuelle les toiles antérieures, les célèbres tableaux de femmes nues couchées du Titien, du Corrège, et peut-être se souvient-il d’Olympia de Manet.

Le style de l’époque sera aussi déterminant pour la mise en peinture : le choix des couleurs, les ombres et les lumières, le relief, le glacis lissé qui fait la transparence de la chair, tous les détails, enfin le tableau sera autre chose selon la mode… Moment suspendu où Salammbô peut redevenir la mystique qu’elle est dans le roman ou la femme fatale qu’elle sera parfois par la suite !

Le serpent n’est plus qu’un motif esthétique, même si ses qualités plastiques de souplesse et ses possibilités graphiques sont pimentées à cette époque de sous-entendus grivois. Dégradation du mythe dans un monde sans transcendance !

Le tableau de Gabriel Ferrier, montrant Salammbô allongée avec un serpent, exposé l’année de la mort de Flaubert en 1880, sonne le glas d’une période où prévalait la figure sacrée de l’héroïne hiératique telle que l’avait décrite le romancier : « Salammbô resplendissante se confondait avec Tanit et semblait le génie même de Carthage, son âme corporifiée[11]. »  Transgression ou perte du sacré : le serpent devient profane, le nu couché érotique.

Salammbô n’est plus une déesse lunaire ou Tanit incarnée, le serpent n’est plus le totem sacré de la famille Barca de Carthage…

Geneviève Mondon (ITEM, équipe Flaubert)

 

[1] Voir la liste des œuvres réalisées sur le roman de Flaubert : Gilles Soubigou, « Chronologie des œuvres », Salammbô dans les arts, série Gustave Flaubert, n° 8, sous la direction de Gisèle Séginger, Lettres Modernes Minard/Classiques Garnier, Paris, 2016.
[2] Gilles Soubigou, « Multiples Salammbô », ibid, p. 39.
[3] Dessin trouvé à la galerie Chaptal, 7, rue Chaptal, Paris.
[4] Salammbô, Œuvres complètes, III, sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, avec la collaboration de Jeanne Bem, Yvan Leclec, Guy Sagnes et Gisèle Séginger, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2013, p. 729.
[5] Ibid., chap. III, p. 610.
[6] Ibid., p.729 : « […] et ses vêtements, les uns après les autres, tombaient autour d’elle. »
[7] Ibid., p. 611.
[8] Manuscrit conservé à la BnF, N.a.fr. 23658.
[9] Lettre à Louis Bouilhet du 14 novembre 1850.
[10] La lune a une importance indéniable à ce moment passé avec le serpent. On lit au chapitre X : « …elle se renversait sous les rayons de la lune. La blanche lumière semblait l’envelopper d’un brouillard d’argent, […] » (p.729)
[11] Salammbô, op. cit., p. 832.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search