Un rêve de Flaubert

 

« Vieille, chapeau, Présidente » est le titre étrange donné par Flaubert au récit d’un rêve, survenu à une date importante. Ce 3 mars 1856, Gustave vient d’enterrer Emma en achevant Madame Bovary et il se trouve devant un dilemme : doit-il ou non faire paraître ce roman ? Écrivain depuis l’âge de neuf ans, il n’a encore rien publié et des centaines de pages s’entassent dans ses tiroirs.

Cette angoisse entre en résonance avec différents événements douloureux de sa vie, les décès de son père, de sa sœur, de son ami, Alfred Le Poittevin, donnant au songe une allure funèbre ; mais il y a aussi dans ce songe la rencontre de femmes aimées, dont l’ombre surgit dans les multiples détails de cette fantasmagorie onirique.

En croisant les données biographiques de l’écrivain, qui apparaissent dans la correspondance, et en les mettant en résonance avec le rêve, on peut donner du sens à ce cauchemar et découvrir un « Flaubert par lui-même », tel qu’il aurait pu se raconter s’il s’était allongé sur le divan d’un psychanalyste.

Joëlle Robert est chercheuse associée au Centre Flaubert. Auteure d’articles dans plusieurs revues, elle a contribué au tome V de la Correspondance de Flaubert dans la Pléiade et au Dictionnaire Flaubert des éditions Honoré ChampionElle participe au projet d’édition des Œuvres complètes aux Éditions Honoré Champion.


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search