Gustave Surand, peintre de Salammbô

Gustave Surand, Les Mercenaires de Carthage (1884)

 

Gustave Surand (1860-1937), un artiste qui a pratiqué à la fois la peinture et la sculpture, a souvent représenté des sujets antiques (Messaline, Caligula), des fauves (Orphée charmant les bêtes sauvages, Jetés en pâture aux lions), ou des éléphants. Il s’est intéressé à la fois au texte de Salammbô et à l’opéra de Reyer, adapté du roman.

Deux tableaux peu connus

En 1884, Gustave Surand expose au Salon annuel organisé par la Société des artistes français, au Palais des Champs-Élysées à Paris, Les Mercenaires de Carthage, un tableau monumental (huile sur toile, 5 × 4,20 m) récompensé par une mention honorable et une bourse de voyage. L’œuvre a été à nouveau présentée à l’exposition universelle de 1889.

Le tableau a été reproduit sous le numéro 2254 dans Album de photographies des œuvres achetées par l’État (Direction des Beaux-Arts. Ouvrages commandés ou acquis par le Service des Beaux-Arts. Salon de 1884. Photographié par G. Michelez, 1884). Sous le numéro, le catalogue donne une citation de Salammbô : « …Cent pas plus loin ils en virent deux autres, puis, tout à coup, parut une longue file de croix supportant des lions. Les uns étaient morts depuis si longtemps qu’il ne restait plus contre le bois que les débris de leurs squelettes ; d’autres, à moitié rongés, tordaient la gueule en faisant une horrible grimace ; il y en avait d’énormes ; l’arbre de la croix pliait sous eux et ils se balançaient au vent, tandis que sur leur tête des bandes de corbeaux tournoyaient dans l’air, sans jamais s’arrêter. Ainsi se vengeaient les paysans carthaginois quand ils avaient pris quelque bête féroce ; ils espéraient, par cet exemple, terrifier les autres. Les Barbares cessant de rire, tombèrent dans un long étonnement. « Quel est ce peuple, » pensaient-ils, « qui s’amuse à crucifier les lions? » »

La photographie du catalogue de 1884 est reproduite dans la base ARCHIM des Archives nationales. Le tableau est conservé au musée Brou de de Bourg-en-Bresse. Le tableau est cité par Gilles Soubigou dans la chronologie des œuvres en annexe de son article « Multiples Salammbô. Réception et interprétation du roman de Flaubert dans les arts visuels » (Salammbô dans les arts, série Gustave Flaubert, n° 8)

Gustave Surand est également l’auteur d’un tableau qui représente Marcelle Demougeot et Luc Albert Saléza (1865-1916), dans l’Opéra Salammbô de Reyer. Il a été présenté au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1910. La localisation actuelle du tableau est inconnue, toutefois une photographie a été conservée dans le fonds Druet-Vizzavona (Paris, agence photo RMN-Grand Palais).


Un tableau inconnu

La revue Musée des familles, qui rend compte du Salon des Champs-Élysées de 1896, évoque encore un autre tableau de Gustave Surand, actuellement non localisée et dont nous n’avons aucune reproduction : « M. Surand a compris tout ce qu’il y avait à tirer de ce beau tableau de Salammbô, où les Numides, calmes et cruels, du haut de leurs éléphants, avancent sur les rangs pressés des Romains, qui attendent sans reculer le choc et l’écrasement des énormes bêtes. » (Gaston Migeon, « Les Salons en 1896 », 1er semestre, t. 76, p. 362). Le critique ne donne pas le titre du tableau qui représente une bataille. Mais, dans le roman, ce sont les Carthaginois qui écrasent les mercenaires du haut de leurs éléphants lors de la bataille du Macar (chapitre viii).

Ce tableau est aussi cité par La Revue des Deux Mondes qui commente deux œuvres exposées dans ce Salon de 1896, Le défilé de la Hache d’Émile Thivier (conservé à l’église saint Saint-Jacques de Lisieux) et le tableau de Gustave Surand avec une armée d’éléphants : « Si la grisaille hivernale et normande de M. Tattegrain est plus qu’excusable, j’ai de la peine, je l’avoue, à me faire aux grisailles carthaginoises de MM. Thivier et Surand, illustrateurs de Salammbô. Que leur lumière est pauvre ! Que leur atmosphère est triste ! Et nous sommes en Afrique ! Le Défilé de la Hache, d’un parti pris jaunâtre, qui fit connaître M. Buffet, en 1894, semblerait chaleureux à côté de cette calme froideur. Ce n’est pas que ces deux toiles, très soignées, soient insignifiantes : chez M. Thivier, la disposition est dramatique, et les figures, bien posées et bien dessinées, n’y sont pas rares ; dans ce rythme atténué, d’ailleurs, l’harmonie est trouvée. Chez M. Surand, les divers morceaux, plus sèchement détaillés, se combinent avec plus d’embarras, trahissant des réminiscences trop diverses. Certains groupes, comme celui des éléphants, sont étudiés avec conscience et force. M. Surand avait débuté par des hardiesses de coloriste qu’il nous faudrait regretter si ses progrès comme compositeur et comme dessinateur devaient l’y faire renoncer. » (« La peinture au Salon de 1896 », Revue des Deux Mondes, 1896, t. 135, p. 913)

Gisèle Séginger
Série Gustave Flaubert 


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search