Flaubert alias Vaufrilard

Deux ans après la mort de Gautier (1872), Ernest Feydeau publie Souvenirs intimes. Portrait de Théophile Gautier (E. Plon, 1874). Il y raconte les dîners du dimanche soir chez Mme Sabatier : « Nous vivions en bons camarades, comme si nous avions tous été du même sexe. » Apollonie Sabatier, surnommée la Présidente était une femme richement entretenue par un homme d’affaires, Alfred Mosselman, et elle tenait un salon très apprécié des écrivains. Elle avait servi de modèle au sculpteur Clésinger pour sa Femme piquée par un serpent (1847) et elle avait inspiré à Baudelaire plusieurs poèmes des Fleurs du mal (1857). Gautier et Maxime Du Camp fréquentaient son salon dans les années 1851. Flaubert y a sans doute été introduit par ses deux amis, à une date inconnue. Quoi qu’il en soit à partir de 1856, il lui envoie des lettres assez familières qui laissent supposer des liens plus anciens. Dans l’atmosphère bon enfant de ce salon, on aimait plaisanter et chaque convive avait reçu un surnom : Gautier s’appelait Théo, Louis Bouilhet Monseigneur, « sans doute à cause de sa panse d’évêque et de la dignité de son maintien », précise Feydeau. Il ajoute : « Flaubert, je n’ai jamais su pourquoi, fut nommé le sire de Vaufrilard. » (p. 168). Le surnom bien normand est un calembour (veau/fri/lard ou veau/fri/l’art) et une contrepèterie rabelaisienne (le riflard est un rabot utilisé pour dégrossir le bois).

Dans Madame Bovary, après la mort d’Emma, dans le dernier chapitre, apparaît un personnage tout à fait secondaire et qui n’aura ensuite plus aucun rôle : Charles Bovary et Homais « firent ensemble un voyage à Rouen, pour voir des tombeaux, chez un entrepreneur de sépultures –accompagnés d’un artiste peintre, un nommé Vaufrylard, ami de Bridoux, et qui, tout le temps, débita des calembours. » Flaubert se met en abyme dans son roman au moment de donner une belle sépulture à son héroïne. Il choisit pour cela une figure de peintre. Il employait souvent métaphoriquement les termes « peindre », « peinture » et « tableau » pour évoquer son art romanesque. Ainsi, il disait vouloir « peindre couleur sur couleur » en écrivant Madame Bovary (lettre à L. Colet du 15 janvier 1853). Appréciant sa capacité à construire des tableaux colorés et des scènes fortement visuelles, Fromentin s’écrie après la parution de Salammbô : « Vous êtes un grand peintre […]. » (29 novembre 1862). Sans doute savait-il que le compliment plairait au romancier. En effet, Flaubert a toujours aimé la peinture et il a fréquenté de nombreux peintres, en particulier, à partir de 1863, dans le salon de la princesse Mathilde qui s’adonnait elle-même à cet art.

Les plus longues descriptions et critiques d’œuvres, écrites par Flaubert pendant ses années de jeunesse, sont d’abord celles des tableaux qu’il voit pendant ses voyages, en Italie, par exemple, en 1845. Plus tard, à Venise, en 1851, passionné de peinture vénitienne, il écrit « Les quelques heures que j’ai passées là ont été en gondole, en Titien et en Véronèse. » (lettre du 30 mai 1851). Dans L’Éducation sentimentale, au milieu de la forêt de Fontainebleau, berceau de la peinture dite de Barbizon, Flaubert place cette scène : « Un peintre en blouse bleue travaillait au pied d’un chêne, avec sa boîte à couleurs sur les genoux. Il leva la tête et les regarda passer. » Aurait-il planté cette fois son chevalet au beau milieu de son roman ?

Gisèle Séginger

Bibliographie
Flaubert, Madame Bovary, L’Éducation sentimentale, Bibliothèque de la Pléiade, t. III et IV, 2013 et 2021.

Robert, Joëlle, notice « Sabatier (Aglaé-Joséphine Savatier, dite Apollonie) », Dictionnaire Flaubert, Honoré Champion, 2017.
Tooke, Adriane, « Flaubert on painting : the italian notes (1851), French Studies, April 1994, p. 155-173.
Séginger, Gisèle (dir.), Flaubert et la peinture, Série Gustave Flaubert 7, Lettres Modernes/Minard, 2010.

Crédits: Tableau de Jean-Baptiste Camille Corot, La forêt de Fontainebleau, 1846, musée des Beaux-Arts de Boston  


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search