Flaubert, Rousseau et Bastiat

 

Le jugement de Flaubert sur Rousseau a beaucoup évolué. Rousseau était l’un de ses auteurs favoris dans ses années de jeunesse (lettre à E. Chevalier du 30 novembre 1838). Mais à partir des années 1850, le romancier qui est désormais très critique à l’égard des émotions romantiques estime que Rousseau a diffusé un sentimentalisme néo-catholique nuisible. Ses Notes sur Jean-Jacques Rousseau, écrites vers 1864, pendant la rédaction de L’Éducation sentimentale, révèlent ses réticences. Aux yeux de Flaubert, Rousseau serait le père des socialistes dont la religion de l’État tout-puissant aurait été influencé par Le Contrat social, dont Sénécal est un lecteur assidu dans L’Éducation sentimentale. Dans Bouvard et Pécuchet, les deux protagonistes mettent en cause le dogme du Contrat social avant d’aborder les socialismes. Des études antérieures soulignent l’influence de Michelet[1]. Mais le jugement de Flaubert sur Rousseau est aussi nourri par d’autres lectures, en particulier par celle de Frédéric Bastiat, un économiste défenseur du libre-échange dont Flaubert appréciait les idées libérales[2]. Il en fait la lecture en 1852 (lettre à Louise du 25 janvier) et il le cite encore avec admiration en 1879 (lettre à Raoul Duval du 10 juillet).

            Apparenté aux physiocrates, Frédéric Bastiat combat dans les années 1848-1850 les doctrines socialistes qui attaquent la propriété et il en trouve le fondement dans la conception de l’« état social » de Rousseau : « Rousseau était convaincu que l’isolement était l’état de nature de l’homme, et que, par conséquent, la société était d’invention humaine. ‘‘L’ordre social, dit-il en débutant, ne vient pas de la nature ; il est donc fondé sur des conventions.’’ » (Harmonies économiques, 1850 p. 35) L’économiste signale que ces « partis pris » laissent croire à tort qu’on peut réformer arbitrairement la société pour en extirper tous les maux : puisque la société ne repose que sur les conventions, il est possible de remédier aux problèmes sociaux en modifiant ces conventions. En effet, pour Rousseau, « l’ordre social est un droit sacré, qui sert de base à tous les autres. Cependant ce droit ne vient point de la nature ; il est donc fondé sur les conventions » (Du Contrat social, 1762, p. 4). Rousseau insinue par-là que la propriété, qui est « un droit postérieur » à ce droit sacré, est, elle aussi, « conventionnelle » (Propriété et Loi. Justice et Fraternité, 1848, p. 9). Selon Bastiat, cette déduction implicite ouvre « un champ sans limite à l’imagination des utopistes » (p. 12), dans la mesure où le droit de propriété serait modifiable par le biais des conventions générales. Bastiat critique ainsi le danger du contractualisme rousseauiste selon lequel « la loi crée les droits » d’une manière arbitraire (Baccalauréat et socialisme, 1850, p. 18).

            Dans les notes de lecture sur Rousseau, Flaubert partage cette critique du contractualisme rousseauiste. Pour l’économiste, la conception rousseauiste de l’état de nature est chimérique. Car, sans l’échange, les hommes ne peuvent pas satisfaire leurs besoins naturels ni même vivre : « dans l’isolement, nos besoins surpassent nos facultés » (Harmonies économiques, 1850, p. 95). À propos du Discours sur l’origine de l’inégalité, Flaubert affirme, comme Bastiat, ses soupçons quant à la vision rousseauiste de l’homme à l’état de nature. Il s’étonne que, selon Rousseau, « les maladies ne sont pas naturelles », « les vêtements [et] les maisons [sont] peu nécessaires » (Notes…, f° 6 v°), et qu’il n’admette même pas l’existence de la famille dans cet état. En un mot, le philosophe « croit que l’homme peut vivre seul » (Notes…, f° 7 r°) et il refuse de reconnaître sa sociabilité comme un penchant naturel.

            Selon Flaubert, « la convention ne constitue pas plus le droit que la Force », car « les conventions peuvent être injustes » (Notes…, f° 22 r°). Chez Rousseau, les conventions émanent d’une volonté générale infaillible. Mais Flaubert ne partage pas la croyance rousseauiste en l’infaillibilité de la volonté générale et il affirme l’antériorité des droits individuels par rapport au pacte social et le caractère inaliénable de ces droits naturels. Chez Rousseau, le pacte social suppose « l’aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté » (Du Contrat social, 1762, p. 28), ce que ne peut accepter Flaubert, qui défend toujours les libertés individuelles : « [L’homme] ne peut pas la perdre [la liberté naturelle] en Droit. Le droit naturel est imprescriptible. » (Notes…, f° 23 r°). Selon Rousseau, le droit du premier occupant ne constituant pas un droit de propriété, c’est par le contrat social que le droit de propriété est institué, alors que pour Flaubert, « le premier occupant n’a rien usurpé », le droit de propriété est donc antérieur au Pacte social (f° 23 r°). Sur ce point, Flaubert se positionne dans le camp des libéraux comme Bastiat, selon qui la propriété est un droit naturel, tandis que la loi, qui est postérieure, « n’aurait pour objet que de garantir la propriété » (Propriété et Loi. Justice et Fraternité, p. 6). Si Rousseau promeut, selon Pierre Crétois, « une conception de la propriété basée, non pas sur les droits de l’homme, mais sur le civisme[3] », Flaubert et Bastiat, fidèles à la tradition libérale, avancent une conception jusnaturaliste de la propriété. Ils se préoccupent des limites du droit naturel dans le souci de garantir à chaque individu l’indépendance à l’égard du pouvoir.

Nobuyuki HIRASAWA

Notes. – 1. G. Séginger, « L’histoire des sentiments et des émotions », Relire L’Éducation sentimentale, P. Glaudes et É. Reverzy (dir.), Classiques Garnier, 2017, p. 211-230 ; « De l’étude de mœurs à l’histoire du sentiment : Flaubert et Rousseau », Flaubert. Histoire et études de mœurs, J. Azoulai et G. Séginger (dir.), Presses universitaires de Strasbourg, 2019, p. 149-165. – 2. Sur le rapport entre Flaubert et Bastiat, voir F. Mélonio, « Flaubert, ‘‘libéral enragé’’ ? », Flaubert : la politique, l’art, l’histoire, Anne Herschberg Pierrot (dir.), Presses universitaires de Vincennes, 2010, p. 15-33 ; N. Hirasawa, notice « Libéralisme », Dictionnaire Flaubert, Honoré Champion, 2017 et « Les débats sur l’économie politique dans L’Éducation sentimentale : Flaubert et le libéralisme de Frédéric Bastiat », Flaubert. Histoire et études de mœurs, op. cit., p. 211-224. – 3. Pierre Crétois, Le Renversement de l’individualisme possessif. De Hobbes à l’État social, Classiques Garnier, 2014, p. 174.


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search