Flaubert et le théâtre

Dossier « Flaubert et le théâtre » sous la direction d’Olivier Bara Série: Gustave Flaubert, n° 9 Directrice de la publication: Gisèle Séginger Responsable du Carnet critique: Juliette Azoulai

SOMMAIRE

Gisèle Séginger. Avant-propos DOSSIER : Flaubert et le théâtre Olivier Bara. Introduction Yvan Leclerc. Flaubert, homme de théâtre Roxane Martin. La tentation du féerique chez Flaubert. Carnets de notes et scenarii antérieurs au Château des cœurs Zoé Commère. Une traversée imaginaire des espaces dans le théâtre et La Tentation de Saint Antoine de Flaubert Marianne Bouchardon. Le Sexe faible, un vieil ours reléché et modernisé Jean-Claude Yon. Le Candidat, chronique d’un échec annoncé Olivier Bara. Entretien avec Sylvain Ledda. Un « ours » sera-t-il toujours un « ours » ? Mettre en scène Le Sexe faible Yvan Leclerc. Notes de Flaubert sur Sophonisbe. Mairet, Corneille, Voltaire Olivier Bara. Notes de Flaubert sur De la poésie dramatiqueLe Fils naturel et ses EntretiensLe Père de famille de Diderot

ÉTUDE

Didier Philippot Flaubert moraliste ? L’Éducation sentimentale ou l’histoire en blague CARNET CRITIQUE Sous la direction de Julette Azoulai Yvan Leclerc, Madame Bovary au scalpel : genèse, réception, critique (par Alexandre Postel). – Steve Murphy, Complexités d’un cœur simple (par Juliette Azoulai) – Éric Le Calvez (dir.), Flaubert voyageur (par Juliette Azoulai)

Avant-propos Bicentenaire Flaubert 2021

Les bicentenaires fournissent l’occasion de remettre à l’honneur un écrivain ou de célébrer un auteur qui appartient sans conteste au patrimoine littéraire. Ce second cas est celui de Flaubert. Ses œuvres – même celles qui ont connu le plus grand succès auprès du public – ont parfois été très discutées à l’époque, mais les polémiques n’ont fait qu’accroître sa notoriété. D’autres ont reçu un accueil moins passionné, comme ce fut le cas de L’Éducation sentimentale. Quoi qu’il en soit, Flaubert est bien entré au Panthéon des plus grands écrivains dont les textes ont été traduits et commentés dans le monde entier. Sa gloire n’a pas fléchi depuis sa mort et son succès s’est confirmé auprès des lecteurs, des critiques et des écrivains depuis les symbolistes jusqu’aux « nouveaux romanciers » et aux structuralistes, les uns préférant Salammbô et La Tentation de saint Antoine, les autres Madame Bovary et L’Éducation sentimentale. Le développement de la génétique littéraire dans les années 1980 s’est largement appuyé sur ses manuscrits, nombreux et riches en notes documentaires et brouillons. Le roman inachevé, Bouvard et Pécuchet, a alors suscité l’engouement des critiques attachés à une nouvelle conception de l’œuvre en mouvement et curieux des méthodes de travail autant que des textes. De nombreux écrivains ont dit leur admiration pour Flaubert, qui avait si bien défendu la valeur éthique de l’œuvre littéraire dans un monde en pleine transformation économique et politique. La bibliographie des travaux produits semble inépuisable et les nouveaux commentateurs peuvent éprouver le vertige.

Pourtant, il est une partie de l’œuvre de Flaubert relativement méconnue : le théâtre. Or, lorsque Flaubert imagine pour la première fois son avenir, à neuf ans, il propose à son ami Ernest Chevalier une collaboration littéraire et il s’octroie le théâtre : « Si tu veux nous 12associers pour écrire moi, j’écrirait des comédies et toi tu écriras tes rêves […]1 ». Son collaborateur sera finalement Louis Bouilhet, qui fera la carrière théâtrale à laquelle Flaubert renonce finalement. Le romancier vivra alors par procuration les peines et les succès de son ami, assistant aux répétitions, aux dîners, aux discussions avec les actrices. Ses relations dans le monde du théâtre sont nombreuses. Il s’occupera lui-même de la mise en scène et des répétitions de Mademoiselle Aïssé, après la mort de son ami en 1869 et la maladie du directeur de l’Odéon, Charles de Chilly. D’ailleurs, s’il a choisi en définitive de réserver l’essentiel de ses efforts au roman, il écrit néanmoins aussi du théâtre : à dix-sept ans, un drame romantique, Louis XI (1838), puis des projets de féeries et une farce avec Louis Bouilhet (La Queue de la poire de la boule de Monseigneur) dans les années 1860, une comédie sur les élections, Le Candidat (1874). La dernière œuvre publiée de son vivant, en 1880, est une féerie, Le Château des cœurs, pour laquelle il avait collaboré avec Louis Bouilhet et le comte d’Osmoy dans les années 1860. Mais Flaubert n’eut aucun succès avec le théâtre : il préféra retirer Le Candidat, représenté le 11 mars au théâtre du Vaudeville, après quatre représentations et c’est parce qu’il ne parvint pas à trouver une scène pour accueillir Le Château des cœurs qu’il se résigna à sa publication dans la revue La Vie moderne, accompagnée de gravures qui devaient évoquer une mise en scène. Malgré le peu de succès que connut cette partie de l’œuvre encore souvent ignorée du public aujourd’hui, l’écriture théâtrale eut un rôle notable dans la rédaction des romans. On peut même constater que la théâtralisation des dialogues à partir de L’Éducation sentimentale correspond à des années où Flaubert multiplie les expériences, et cette tendance s’affirme encore plus dans Bouvard et Pécuchet.

Ainsi, il nous a semblé important de revenir à l’occasion de ce bicentenaire sur cette partie de l’œuvre méconnue du grand écrivain et de réaliser un numéro de la série Gustave Flaubert, dont la direction a été confiée à un spécialiste du théâtre du xixe siècle, Olivier Bara. Le bicentenaire sera d’ailleurs l’occasion d’une redécouverte du théâtre de Flaubert grâce à la publication par Roxane Martin et Philippe Dufour de plusieurs textes théâtraux de l’écrivain des années 1860-1880, dans 13le volume IV des Œuvres complètes de la Bibliothèque de la Pléiade, et grâce aussi à la publication de la totalité de son théâtre par Olivier Bara dans les Œuvres complètes aux éditions Honoré Champion. Gisèle Séginger https://classiques-garnier.com/gustave-flaubert-et-le-theatre-2021-1.html

G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search