Colloque Flaubert en images Fondation Singer Polignac

 

COLLOQUE DU BICENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE GUSTAVE FLAUBERT

 

Fondation Singer-Polignac

43 avenue Georges Mandel 75016

Inscription gratuite sur le site de la Fondation Singer-Polignac

 

 

 

PROGRAMME

LUNDI 12 DÉCEMBRE

Accueil – 13h30

14h – Ouverture du colloque

POÉTIQUE DE L’IMAGE (PRÉSIDENCE DE SÉANCE : GILLES PHILIPPE)

  • 14h-14h30 – Jacques Dürrenmatt (université de Paris IV) : « Le mot /image/ sous la plume de Flaubert »
  • 14h30-15h – Christophe Ippolito (Georgia Institute of Technology, Atlanta), « Images en série dans la fiction flaubertienne »

15h-15h15 – Pause

  • 15h15-15h45 – Éric Le Calvez (Georgia State University, Atlanta), « Génétique d’une image : le chaudron fêlé »
  • 15h45-16h15 – Florence Pellegrini (université de Bordeaux-Montaigne), « Itinéraire d’un saint Pierre en plâtre ou l’allégorie “flanquée par la fenêtre” »

16h15-16h45 Discussion

16h45 Fin de la première journée


MARDI 13 DÉCEMBRE

9h30 Accueil des participants 

9h45 Début de la deuxième journée

IMAGE ET SUBJECTIVITÉ (PRÉSIDENCE DE SÉANCE : PIERRE-LOUIS REY)

  • 9h45-10h15 – Jeanne Bem (Université de la Sarre), « Le trouble dans la perception : un parcours sensoriel à travers Madame Bovary et L’Éducation sentimentale »
  • 10h15-10h45 – Kazuhiro Matsuzawa (Université de Nagoya),« La présence et l’image d’un mort aimé dans Madame Bovary et Un cœur simple»

10h45-11h15 – Pause

  • 11h15-11h45 – Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS, IRHIM), « L’expérience visuelle des personnages dans Un cœur simple »
  • 11h45-12h15 – Didier Philippot (Sorbonne Université), « Rien que du sentiment et des images. Croyance, images, imagination chez Flaubert. Autour d’Un cœur simple »
  • 12h15-12h45 – Jacques-David Ebguy (Université de Paris), « Par-delà l’humain : images saillantes chez Flaubert »

12h45 Discussion

13h-14h – Déjeuner

VOIR ET SAVOIR (PRÉSIDENCE DE SÉANCE : DIDIER PHILIPPOT)

  • 14h-14h30 – Sarga Moussa (CNRS, Thalim), « “Ô coloristes, où êtes-vous donc ?”. L’épisode de la léproserie de Damas dans les notes et la correspondance d’Orient de Flaubert »
  • 14h30-15h – Takashi Kinouchi (Université des études étrangères de Nagoya), «La fantasmagorie textuelle : les keepsakes dans Madame Bovary»

15h-15h15 – Pause

  • 15h15-15h45 – Florence Vatan (Université du Wisconsin, Madison), « Images du ciel »
  • 15h45-16h15 – Anne Herschberg Pierrot (Université Paris 8-Vincennes), « La consistance des images (Bouvard et PécuchetLa Tentation)

16h15 Discussion

16h45  Fin de la deuxième journée


MERCREDI 14 DÉCEMBRE

9h30 Accueil des participants 

9h45 Début de la deuxième journée

FLAUBERT ET LES ARTS GRAPHIQUES (PRÉSIDENCE DE SÉANCE : BERNARD VOUILLOUX)

  • 9h45-10h15 – Ségolène Le Men (Paris Nanterre), « Flaubert et les métamorphoses de l’image : Langlois, Rochegrosse, Burgsthal »
  • 10h15-10h45 – Norioki Sugaya (Université Rikkyo, Tokyo), « Flaubert, Hegel et la peinture hollandaise »

10h45-11h – Pause

  • 11h-11h30 – Kayoko Kashiwagi (Kyoto City University of Arts) : « Japon : tout y est en porcelaine. Flaubert, le Japon et le japonisme »
  • 11h30-12h – Michael F. Zimmermann (Université catholique d’Eichstätt-Ingolstadt), « Flaubert et Odilon Redon »
  • 12h-12h30 – Bruna Donatelli (Université Roma Tre), « Biographie par images : Flaubert. La dernière ligne »

12h30 Discussion

13h-14h – déjeuner

SPECTACULAIRE FLAUBERT (PRÉSIDENCE DE SÉANCE JEANNE BEM)

  • 14h-14h30 – Jacques Neefs (Université de Paris VIII et Johns Hopkins University), « La prose pour voir »
  • 14h30-15h – Atsushi Yamazaki (Université Chukyo, Nagoya), « Le pittoresque dans Bouvard et Pécuchet »

15h-15h15 Pause

  • 15h15-15h45 – Olivier Bara (Université Lumière-Lyon 2) – « Images, montage : de la (dé)liaison dans l’oeuvre dramatique de Flaubert, de la première Tentation de saint Antoine au Château des cœurs »
  • 15h45-16h15 – Roxane Martin (université de Lorraine) : « Flaubert à l’épreuve de l’image scénique : les décors du Château des cœurs »
  • 16h15-16h45 – Marc Cerisuelo (Université Gustave Eiffel) : « L’écrivain en personne ? Flaubert et Minnelli (Madame Bovary, 1949) »

16h45 Discussion

17h15 Clôture du colloque

Organisateurs: Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel-LISAA), Philippe Dufour (Université de Tours) et Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel-LISAA)

Comité scientifique

  • Jeanne Bem (Université de Sarrebrück)
  • José-Luis Diaz (Université Paris Diderot. Vice-président de la SERD)
  • Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre)
  • Jacques Neefs (Université Paris Sorbonne et Johns Hopkins university)
  • Gilles Philippe (Université de Lausanne)
  • Pierre-Louis Rey (Université Sorbonne Nouvelle)
  • Jean-Claude Yon (Ecole Pratique des Hautes Etudes-SAPRAT, Président de la SERD)
  • Bernard Vouilloux (Université Paris Sorbonne)

 

BIOGRAPHIES

JULIETTE AZOULAI

Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de lettres modernes, docteure en littérature française et membre junior de l’Institut Universitaire de France (2020-2025), Juliette Azoulai est maîtresse de conférences en littérature française à l’université Gustave Eiffel (laboratoire LISAA). Ses recherches portent sur les rapports entre littérature, sciences et philosophie au XIXe siècle. Elle a publié en 2014 aux Classiques Garnier L’Âme et le Corps chez Flaubert : une ontologie simple. Elle coordonne (avec Florence Pellegrini) un séminaire consacré à Flaubert (à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes).

haut


PHILIPPE DUFOUR

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, Philippe Dufour est professeur à l’université de Tours depuis l’an 2000. Il a auparavant enseigné dans des universités à l’étranger (en Afrique du Sud, au Brésil, aux États-Unis et au Maroc). Il est membre du comité de rédaction de la revue Poétique, rédacteur en chef de la revue en ligne Flaubert. Revue critique et génétique.

Il est l’auteur de différents essais : Flaubert et pignouf (1993), Flaubert ou la prose du silence (1997), Le Réalisme. De Balzac à Proust (1998), La pensée romanesque du langage (2004), Le Roman est un songe (2010), La Littérature des images (2016). Son dernier livre, Le Réalisme pense la démocratie, a obtenu le Grand Prix de la critique littéraire en 2021.

À l’occasion du bicentenaire de Flaubert, il a édité chez Gallimard dans la collection « Bibliothèque de la Pléiade » deux pièces de théâtre : Le Candidat et Le Sexe faible, et chez Honoré Champion Madame Bovary.

Il vient d’organiser en juin dernier avec Gisèle Séginger un colloque international Flaubert dans son siècle aux Archives Nationales.

haut


GISÈLE SÉGINGER

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Fontenay-aux-Roses), Gisèle Séginger est professeur à l’université Gustave Eiffel, directrice de programmes scientifiques à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris, et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Elle est responsable de la série Gustave Flaubert (Lettres Modernes/Classiques Garnier) et de la revue Arts et Savoirs (OpenEdition). Elle a publié en 1995 Les Métamorphoses d’un écrivainFlaubert et les Tentations de saint Antoine en 1995 et Une Éthique de l’art pur en 2000, ainsi qu’une édition des scénarios de La Tentation de saint Antoine (PURH, 2014). Elle a coordonné des volumes collectifs, en particulier Flaubert et la peinture, Salammbô dans les arts (2010 et 2016), Flaubert. Histoire et étude de mœurs (avec Juliette Azoulai, 2019). Entre 2001 et 2021, elle a réalisé des éditions critiques pour la collection « GF » des Éditions Flammarion (SalammbôMadame BovaryLa Tentation de saint Antoine). Elle a coordonné le Dictionnaire Flaubert, paru en 2017 aux Éditions Honoré Champion et elle dirige chez cet éditeur la publication des Œuvres complètes (12 volumes). Elle a participé à l’édition des œuvres de Flaubert dans la Bibliothèque de la Pléiade (2013-2021). Pour le bicentenaire, elle a publié L’Orient de Flaubert en images (Citadelles et Mazenod, 2021) et, en 2022, en collaboration avec Cécile Reynaud, Berlioz, Flaubert et l’Orient (ouvrage collectif, primé par l’Académie des Beaux-Arts). Elle coordonne les blogs Flaubert. 2021-2031 et Salammbô. Nouvelles recherches. Elle est aussi l’auteur d’ouvrages et d’éditions sur Balzac, Musset, Nerval et Zola, ainsi que de travaux sur les rapports entre la littérature et les sciences.

haut


JOSÉ-LUIS DIAZ

José-Luis Diaz est professeur émérite de l’université Paris Cité. Il a présidé la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes jusqu’en 2020 et coordonné à ce titre de nombreux colloques et manifestations sur le xixe siècle. Il dirige la publication du Magasin du xixe siècle. Il a édité de nombreux ouvrages collectifs et il a publié en 2017 L’écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique.

haut


JEAN-CLAUDE YON

Jean-Claude Yon est professeur d’histoire du xixe siècle à l’École Pratiques des Hautes Études et président de la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes. Il est l’auteur (avec Laurent Fraison) du catalogue Offenbach (Réunion des Musées Nationaux, 1996) et avec Stéphane Guégan du catalogue Théophile Gautier, la critique en liberté (Réunion des Musées Nationaux, 1997). Il a publié Eugène Scribe, la fortune et la liberté (Nizet, 2000), Jacques Offenbach, Gallimard, 2000), Le Second Empire, politique, société, culture, Armand Colin, 2004), Histoire culturelle de la France au XIXe siècle (Armand Colin, 2010), Une histoire du théâtre à Paris de la Révolution à la Grande Guerre, Aubier, 2012), Théâtres parisiens : un patrimoine du XIXe siècle (Citadelles et Mazenod, 2013). Il a été lauréat de plusieurs prix dont le prix Ernest Thorel en 2012 de l’Académie des sciences morales et politiques.

haut


GILLES PHILIPPE

Gilles Philippe est professeur de linguistique française à l’université de Lausanne. Il a consacré plusieurs ouvrages à l’histoire des imaginaires langagiers et des pratiques stylistiques aux 19e et 20e siècles : Sujet, verbe, complément : le moment grammatical de la littérature française (2002), Flaubert savait-il écrire ? Une querelle grammaticale : 1919-1921 (2004), Le Français, dernière des langues. Histoire d’un procès littéraire (2010), Le Rêve du style parfait (2013), French Style. L’accent français de la prose anglaise (2016), Pourquoi le style change-t-il ? (2021). Gilles Philippe collabore par ailleurs régulièrement à la Bibliothèque de la Pléiade, pour laquelle il a édité des textes de Georges Bataille, Albert Camus, Marguerite Duras, Jean Genet et Jean-Paul Sartre.

haut


JACQUES DÜRRENMATT

Jacques Dürrenmatt est professeur de poétique et stylistique à Sorbonne Université. Il a consacré la plus grande partie de ses travaux à l’organisation de la phrase et du texte dans la littérature française du XIXe siècle (ponctuation, division, typographie, relations entre écriture et dessin).

haut


CHRISTOPHE IPPOLITO

Professeur de littérature française au Georgia Institute of Technology (Atlanta, États-Unis), Christophe Ippolito travaille sur le récit et la description (de Flaubert à Ndiaye). Il a collaboré au Dictionnaire Gustave Flaubert paru aux Éditions Classiques Garnier en 2017. Il a publié en 2018 deux ouvrages collectifs, l’un sur la littérature et la notion de vie, aux Éditions Classiques Garnier, l’autre sur le récit de soi, aux Éditions Passage(s), ainsi qu’une monographie sur les identités culturelles post-francophones aux Éditions Passage(s) en 2019. Il travaille actuellement sur une édition critique du récit de voyage de Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et par les grèves, à paraître dans les Œuvres complètes de Flaubert aux éditions Honoré Champion.

haut


ERIC LE CALVEZ

Éric Le Calvez est professeur à Georgia State University (Atlanta, USA) et membre associé de l’équipe Écritures du XIXe siècle (Groupe Flaubert) à l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (CNRS, Paris). Spécialiste du dix-neuvième siècle, il concentre surtout ses recherches sur Flaubert, dans la perspective d’une poétique génétique traitant des transformations de l’écriture dans les brouillons. Il a publié neuf ouvrages et de nombreux articles sur la question. Il a dirigé un volumineux Dictionnaire Gustave Flaubert (Classiques Garnier, 2017), ainsi qu’un recueil d’articles sur Flaubert voyageur (Classiques Garnier, 2019). Il a codirigé en 2019 (avec Stéphanie Dord-Crouslé) le numéro spécial de la Revue Flaubert sur « Bouvard et Pécuchet et l’agriculture » et vient de publier La Méthode est trouvée. Madame Bovary aux éditions Passage(s).

haut


FLORENCE PELLEGRINI

Florence Pellegrini est maître de conférences en langue et littérature française du XIXe siècle à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses travaux d’orientation stylistique sont essentiellement consacrés à Flaubert et aux écritures du réel de la seconde moitié du XIXe siècle ; elle s’intéresse plus particulièrement aux questions d’argumentation dans le récit et prépare un ouvrage consacré aux notions d’engagement et d’empathie dans le roman français de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle est actuellement responsable du groupe « Flaubert » de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM-CNRS/ENS). Elle est corédactrice en chef (avec Philippe Dufour et Anne Herschberg Pierrot) de la revue Flaubert. Revue critique et génétique : https://journals.openedition.org/flaubert/.

haut


PIERRE-LOUIS REY

Pierre-Louis Rey, professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, a notamment publié sur Flaubert des études sur Madame Bovary et L’Education sentimentale (Gallimard, « Foliothèque »), co-dirigé avec Gisèle Séginger le recueil Madame Bovary et les savoirs (Presses de la Sorbonne nouvelle, 2009) et collaboré au tome V (2021) de l’édition de ses Œuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade.

haut


JEANNE BEM

Jeanne Bem est professeur honoraire de l’Université de la Sarre où elle a occupé la chaire de Littérature française dans le contexte européen. Spécialiste de Flaubert, elle a édité Madame Bovary dans la Bibliothèque de la Pléiade (nouvelles Œuvres complètes, III, 2013). Ses publications récentes : deux essais parus aux Éditions Universitaires de Dijon, Flaubert, un regard contemporain (2016) et Flaubert aux prises avec le « genre » (2021). Ces deux essais ont été traduits en japonais par Kayoko Kashiwagi (Tokyo, Éditions Rose des vents-Suiseisha, 2017 et 2022).

haut


KAZUHIRO MATSUZAWA

Kazuhiro Matsuzawa est professeur émérite à l’université de Nagoya. Il est responsable de la Société japonaise des études flaubertiennes et correspondant du Cercle Ferdinand de Saussure (Genève). Il travaille sur la littérature moderne, la linguistique et la philosophie politique et religieuse. Il a publié deux ouvrages sur Flaubert : Introduction à l’étude critique et génétique des manuscrits de L’Éducation sentimentale de Gustave Flaubert – l’amour, l’argent, la parole (Tokyo et Paris, Tosho/Nizet, 1992. Grand prix Shiibusawa-Claudel), Lire Madame Bovary. L’amour, l’argent, la démocratie- (Tokyo, Iwanamishoten, 2004), des ouvrages collectifs: Balzac, Flaubert La genèse de l’œuvre et la question de l’interprétation (Nagoya, 2009), La Mise en texte des savoirs (co-édité avec G.Séginger, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010), Flaubert Littérature et l’aléa de la modernité (Tokyo, Suiseisha, co-édité avec K.Ogura, 2021), et des travaux sur divers auteurs La recherche de la critique génétique (Nagoya, 2003. Prix Kenji Miayazawa). Il a été l’un des contributeurs du Dictionnaire Gustave Flaubert (sous la direction d’ Éric Le Calvez, Classiques Garnier, 2017).

haut


STÉPHANIE DORD-CROUSLÉ

Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de Lettres modernes, Stéphanie Dord-Crouslé est chercheuse au CNRS, à Lyon (Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités). Spécialiste de Flaubert et de génétique littéraire, elle a publié des éditions de L’Éducation sentimentale et Bouvard et Pécuchet dans la collection « GF » aux Éditions Flammarion. Elle a participé à la nouvelle édition des Œuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade et elle dirige le site « Les dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet ».

haut


DIDIER PHILIPPOT

Professeur de littérature française à Sorbonne Université, Didier Philippot est l’auteur de Vérité des choses, mensonge de l’homme dans “Madame Bovary” de Flaubert (Champion, 1997), d’un Flaubert dans la collection « Mémoire de la critique » (PUPS, 2006) et d’une édition commentée de la première version du Bovarysme de Jules de Gaultier (Jules de Gaultier, Le Bovarysme. La psychologie dans l’œuvre de Flaubert, suivi d’une série d’études réunies et coordonnées par Per Buvik, Éditions du Sandre, 2007). Il est responsable de la série Flaubert aux éditions Classique Garnier. Spécialiste du roman (Stendhal, Flaubert, Hugo) et de la nouvelle au XIXe siècle, il consacre notamment ses travaux à l’esthétique et à l’ontologie romantiques des marges du réel (l’invisible, le possible, l’imaginaire). Il a publié dernièrement un livre sur l’ontologie de l’imaginaire et du possible chez Hugo (Victor Hugo et la vaste ouverture du possible. Essai sur l’ontologie romantique, Classiques Garnier, 2017) et un essai sur l’œuvre fantastique de Maupassant (Guy de Maupassant et l’affolant mystère de la vie. Essai sur l’œuvre fantastique, Classiques Garnier, 2019).

haut


JACQUES-DAVID EBGUY

Jacques-David Ebguy, agrégé de Lettres Modernes, est maître de conférences en Littérature française à l’Université Paris Cité (Paris Diderot). Il est membre du comité de rédaction des revues Romantisme, L’Année balzacienne et de la Revue Balzac / The Balzac Review. Ses travaux portent sur la poétique du roman (Balzac, Flaubert, Hugo, Stendhal, Zola) et sur les rapports entre pensée (philosophique, sociologique…) et littérature romanesque. Il dirige, depuis 2014, le Groupe International de Recherches balzaciennes (GIRB). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages : Le Héros balzacien. Balzac et la question de l’héroïsme (Christian Pirot, 2010), Écrire disent-ils. Regards croisés sur la littérature du XXIe siècle (co-dirigé avec Anne Cousseau, 2012), et Les Valeurs dans le roman. Conditions d’une « poéthique » romanesque » (co-dirigé avec Rémi Astruc, 2018). Il a publié plusieurs articles sur Flaubert dans des ouvrages collectifs (Relire L’Éducation sentimentale en 2017 ; Flaubert. Histoire et étude de mœurs en 2019) ou des revues (Revue Flaubert, Flaubert…). Ses travaux actuels portent le roman de formation au XIXe siècle.

haut


SARGA MOUSSA

Sarga Moussa est directeur de recherche au CNRS et directeur-adjoint de l’UMR THALIM (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS), où il co-anime l’axe « Dynamiques interculturelles ». Il est spécialiste de l’orientalisme littéraire et du récit de voyage en Orient, en particulier aux xixe et xxe siècles, et il travaille plus largement sur la représentation des altérités culturelles dans la littérature française ; il s’intéresse notamment aux figures du nomadisme, aux représentations de l’esclavage, aux discours raciologiques et aux études postcoloniales. Il travaille actuellement à une anthologie sur le canal de Suez au miroir de la littérature et de l’histoire dans une perspective de mémoires croisées, à paraître dans la collection « Vers l’Orient » qu’il dirige avec Daniel Lançon à UGA Éditions. Il est par ailleurs responsable éditorial de la revue en ligne Viatica. Il a publié récemment, en codirection avec Hans-Jürgen Lüsebrink, Dialogues interculturels à l’époque coloniale et postcoloniale, Paris, Kimé, 2019 ; en codirection avec Philippe Antoine, Chloé Chaudet et Gilles Louÿs, « La Littérature de voyage aujourd’hui. Héritages et reconfigurations », La Revue des lettres modernes, série « Voyages contemporains », 2021-2022.

haut


TAKASHI KINOUCHI

Takashi Kinouchi, docteur de l’Université Paris VIII, est maître de conférences à l’Université des études étrangères de Nagoya. Il s’intéresse aux rapports de Flaubert avec les écrivains romantiques ainsi qu’au rôle de l’iconographie dans la genèse des romans flaubertiens. Il a notamment publié : « La mémoire des images dans L’Éducation sentimentale », Flaubert. Revue critique et génétique, no 11, 2014.

haut


 FLORENCE VATAN

Florence Vatan est professeure à l’Université du Wisconsin à Madison. Elle a publié de nombreux essais sur Flaubert, Baudelaire et Robert Musil auquel elle a également consacré deux ouvrages. Elle a dirigé un numéro de la Revue Flaubert de l’université de Rouen sur « Flaubert et les sciences » (2004). En collaboration avec Anne Vila, elle a codirigé un numéro de L’Esprit créateur sur « L’Esprit (dé)réglé : Literature, Science, and the Life of the Mind in France, 1700-1900 » (2016) ainsi qu’un numéro de la revue Arts et Savoirs intitulé « Entre savoir et fantasme : le corps et ses énigmes » (2019). Elle a également collaboré au Dictionnaire Gustave Flaubert dirigé par Éric Le Calvez (Garnier, 2017).

haut


ANNE HERSCHBERG PIERROT

Anne Herschberg Pierrot est professeur émérite à l’Université Paris 8. Parmi ses publications récentes sur Flaubert, elle a édité avec Jacques Neefs La Tentation de saint Antoine (1874) et Bouvard et Pécuchet au tome V des Œuvres complètes de Gustave Flaubert dans la « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 2021, et codirigé avec Pierre-Marc de Biasi, Flaubert et le moment théorique (1960-1980), CNRS Éditions, 2021.

haut


BERNARD VOUILLOUX

Bernard Vouilloux, professeur de littérature française du xxe siècle (littérature et arts visuels) à Sorbonne Université (anciennement Paris IV-Sorbonne), a centré ses recherches sur les rapports entre le verbal et le visuel, littérature et peinture, poétique et esthétique en travaillant sur la période allant du xviiie au xxie siècle. Au sein de l’UMR 8599 CNRS/Sorbonne Université CELLF, il est responsable de l’axe transversal « Littérature, arts, médium ». Outre plus de deux cents articles, il a publié une vingtaine d’ouvrages, parmi lesquels La Peinture dans le texte. xviiie-xxe siècles (CNRS Éditions, 1994), Langages de l’art et relations transesthétiques (Éd. de l’Éclat, 1997), Le Tableau vivant. Phryné, l’orateur et le peintre (Flammarion, 2002, rééd. « Champs », 2015), L’œuvre en souffrance. Entre poétique et esthétique (Belin, 2004), Le Tournant « artiste » de la littérature française. Écrire avec la peinture au xixe siècle (Hermann, 2011), Ce que nos pratiques nous disent des œuvres. À travers poétique et esthétique (Hermann, 2014), Figures de la pensée. De l’art à la littérature – et retour (Hermann, 2015), Image et médium. Sur une hypothèse de Pascal Quignard (Les Belles Lettres, 2018). Il a en outre publié, en co-direction avec Alexandre Gefen, Empathie et Esthétique (Hermann, 2013), et a dirigé le catalogue (Flammarion, 2015) de l’exposition Henri Michaux et Zao Wou-Ki dans l’empire des signes (Fondation Martin Bodmer, 5 décembre 2015-10 avril 2016) ainsi que le numéro de la revue Incidence. Philosophie, littérature, sciences humaines et sociales (n° 15, 2020) sur le sujet « Vérité, fiction : faire vrai ou dire juste ? ».


SÉGOLÈNE LE MEN

Professeur émérite de l’université Paris-NanterreSégolène Le Men est historienne de l’art, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et de l’Académie Europeana depuis 2009. Elle a été co-commissaire de l’exposition Cathédrales 1789-1914. Un mythe moderne, au Musée des Beaux-Arts de Rouen et au Musée Wallraf Richartz & Fondation Corboud de Cologne, en 2014. Elle a publié de nombreux ouvrages : Les Abécédaires français illustrés du xixe siècle (1984), Seurat et Chéret : le peintre, le cirque et l’affiche (CNRS éditions, 1994), La Cathédrale illustrée (Hazan, 2014), La Cathédrale illustrée de Hugo à Monet (CNRS éditions, 1998) et aux Éditions Citadelles & Mazenod, Courbet en 2007, Daumier et la Caricature, en 2008, Monet, en 2010. Elle a co-dirigé, en 2019, Le Panorama, un art trompeur (Septentrion, 2019).

haut


NORIOKI SUGAYA

Ancien élève de l’Université de Tokyo et docteur de l’Université Paris VIII, Norioki Sugaya est actuellement professeur à Rikkyo University (Tokyo). Spécialiste de Flaubert, il s’intéresse notamment aux rapports entre la littérature et les sciences de la vie au XIXe siècle, mais aussi aux contextes politiques et sociaux qui sous-tendent la modernité littéraire. Il a publié Flaubert épistémologue. Autour du dossier médical de Bouvard et Pécuchet (Rodopi, 2010) et a fait partie du comité scientifique du Dictionnaire Flaubert (Honoré Champion, 2017, dir. Gisèle Séginger). Il a également fait paraitre la traduction japonaise de Bouvard et Pécuchet (Tokyo, Sakuhin-sha, 2019 ; prix Konishi de traduction littéraire).

haut


KAYOKO KASHIWAGI

Kayoko Kashiwagi est professeure émérite de l’Université municipale des Arts de Kyoto. Ses recherches portent principalement sur la théâtralité dans les œuvres de Flaubert et sur l’influence du théâtre japonais en France. Elle a collaboré au Catalogue de l’exposition Japonismes Japon, organisée au Musée des Arts Décoratifs de Paris en 2018-2019. Elle a traduit en japonais deux essais récents de Jeanne Bem sur Flaubert (parus au Japon en 2016 et en 2022).

haut


MICHAEL F. ZIMMERMANN

Michael Zimmermann est professeur à l’université catholique d’Eichstätt-Ingolstadt. Il est spécialiste d’histoire de l’art des xixe et xxe siècles. Il est membre de l’Académie des Sciences de Bavière depuis 2008. Il a publié Berlins Museen. Geschichte und Zukunft (1994), Zeitgeschichte in Darstellungen des 19. Jahrhunderts (avec Stefan Germer, 1997), Barbizon. Malerei der Natur – Natur der Malerei (avec Andreas Burmester et Christoph Heilmann), Französische und deutsche Kunst vom Ancien Régime bis zur Gegenwart. Festschrift Thomas W. Gaehtgens (avec Uwe Fleckner and Martin Schieder, 2000), The art historian. National traditions and institutional practices (2003), Monet (avec Rodolphe Rapetti and MaryAnne Stevens, 2003), Die Kunst des 19. Jahrhunderts. Naturalismus – Impressionismus – Symbolismus (2020).

haut


BRUNA DONATELLI

Bruna Donatelli est professeure émérite de Littérature française à l’Université Roma Tre, co-directrice de la collection « Prismes » de l’Aténée Roma Tre (Roma TrE-Press), chercheur associé du groupe Flaubert (ITEM) et membre du comité scientifique de la revue Flaubert Revue critique et génétique. Elle a dirigé pour cette revue deux numéros (Flaubert et l’Italie, 2015 ; Flaubert en musique, 2019). Elle a édité la première édition italienne de la Correspondance Flaubert/Sand, en 1990. Elle a publié Flaubert e Taine. Luoghi e tempi di un dialogo, en 1998 et une monographie sur l’imaginaire flaubertien (Le perle, il filo, la collana. Figure e luoghi nell’opera di Flaubert) en 2008, ainsi que de nombreux articles sur l’esthétique flaubertienne et les arts graphiques. Spécialiste de Taine, par ailleurs, elle a édité en italien le Voyage en Italie (Rome) d’Hippolyte Taine (Roma, Artemide, 2021).

haut


JACQUES NEEFS

Jacques Neefs est professeur émérite de Littérature française à l’Université Paris 8 et à Johns Hopkins University, et membre de l’American Academy of Arts and Sciences. Il a été responsable de 1990 à 2004 du Programme Flaubert de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes du C.N.R.S., Paris. Il a publié des études sur Stendhal, Balzac, Hugo, Flaubert, Claude Simon, Raymond Queneau, Georges Perec, Pierre Michon, et sur les manuscrits d’écrivains et la génétique littéraire. Il a donné deux éditions de Madame Bovary (Livre de poche Classiques, 1999 et 2019) et une édition de Salammbô (Livre de poche Classiques, 2011), co-dirigé avec Anne-Herschberg Pierrot les volumes Savoirs en récits I et II (PUV 2010). Il a édité plusieurs numéros des Modern Language Notes, Johns Hopkins University Press, sur Madame Bovary (2007), sur Flaubert (2010), sur Salammbô (2013), et le numéro « Gustave Flaubert » de la revue Europe, en sept.-oct. 2018. Il a publié « Colères de Flaubert » dans Colères d’écrivains, dir. Jean-Pierre Martin, Éditions Cecile Defaut, 2009 ; « Flaubert et la bêtise” et “Stupeur et bêtise”, dans Flaubert et l’empire de la bêtise, Éditions Cécile Defaut, 2012 ; co-édité Bouvard et Pécuchet Archives et interprétations, Éditions Cécile Defaut 2014 ; et édité Balzac Éternelle genèse, PUV, 2015. Il vient d’éditer, en collaboration avec Anne Herschberg Pierrot, La Tentation de saint Antoine et Bouvard et Pécuchet dans le tome V des Œuvres complètes de Flaubert, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, mai 2021.

haut


ATSUSHI YAMAZAKI

Atsushi Yamazaki est docteur en langues et littératures françaises de l’Université Paris 8, et professeur à l’Université Chukyo (Nagoya, Japon). Il a participé à la publication numérique des manuscrits de Bouvard et Pécuchet et a récemment publié Bouvard et Pécuchet. Roman philosophique. Une archéologie comique des idées au XIXe siècle, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, « Manuscrits modernes », 2022.

haut


OLIVIER BARA

Olivier Bara est professeur de Littérature française du xixe siècle à l’université Lumière Lyon 2, directeur adjoint de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM). Ses travaux concernent le théâtre et l’opéra au xixe siècle, l’œuvre de George Sand ainsi que les liens entre littérature romantique, spectacle, idées et vie sociales. Dernière publication : édition d’Angelo, tyran de Padoue de Victor Hugo (Gallimard, « Folio théâtre »).

haut


ROXANE MARTIN

Roxane Martin est professeur d’Histoire et d’Esthétique du théâtre à l’Université de Lorraine. Spécialiste des scènes françaises du XIXe siècle, elle a publié des ouvrages sur la féerie (La Féerie romantique sur les scènes parisiennes 1791-1864, Honoré Champion, 2007), la mise en scène (L’émergence de la notion de mise en scène dans le paysage théâtral français 1789-1914, Classiques Garnier, 2014), le mélodrame (Une soirée sur le boulevard du crime. Le mélo à la loupe, Classiques Garnier, 2022). Elle a édité plusieurs ouvrages collectifs, publié une vingtaine d’éditions critiques dont Le Château des cœurs de Gustave Flaubert dans la Pléiade (G. Séginger dir., Gallimard, 2021) et dirige la série éditoriale consacrée aux Mélodrames de René-Charles Guilbert de Pixerécourt (Classiques Garnier, 2013-21).

haut


MARC CERISUELO

Professeur à l’université Gustave Eiffel, Marc Cerisuelo est spécialiste de littérature, philosophie et études cinématographiques. Il collabore régulièrement aux revues Critique et Positif, et il a publié plusieurs ouvrages sur la poétique historique des films et l’étude des transferts culturels au cinéma, parmi lesquels Hollywood à l’écran : essai de poétique historique des films : l’exemple des métafilms américains (Presses de la Sorbonne nouvelle, 2000), Quand des écrivains font du cinéma (Archives Karéline, 2012), Fondus enchaînés : essais de poétique du cinéma (Éditions du Seuil, 2012), Comédie(s) américaine(s) d’Ernst Lubitsch à Blake Edwards : histoire d’une forme, avatars d’un genre (Capricci, 2021).

haut

 

 

 

      


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search