La rue Eau-de-Robec

 

La rue Eau-de-Robec, carte postale La C.P.A., c. 1900.

Flaubert ouvre son roman Madame Bovary (1856) par une description peu valorisante de la rue Eau-de-Robec :

« Dans les beaux soirs d’été, à l’heure où les rues tièdes sont vides, quand les servantes jouent au volant sur le seuil des portes, il ouvrait sa fenêtre et s’accoudait. La rivière, qui fait de ce quartier de Rouen comme une ignoble petite Venise, coulait en bas, sous lui, jaune, violette ou bleue, entre ses ponts et ses grilles. Des ouvriers, accroupis aux bords, lavaient leurs bras dans l’eau. Sur des perches partant du haut des greniers, des écheveaux de coton séchaient à l’air. En face, au-delà des toits, le grand ciel pur s’étendait, avec le soleil rouge se couchant. Qu’il devait faire bon là-bas ! Quelle fraîcheur sous la hêtrée ! Et il ouvrait les narines pour aspirer les bonnes odeurs de la campagne, qui ne venaient pas jusqu’à lui. »

En effet, La rivière était constamment polluée par les nombreuses industries textiles locales qui déversaient des produits chimiques et les résidus de garance et de pastel des teinturiers, qui coloraient tour à tour la rivière de rouge ou de bleu. À cause de cette industrialisation, dès le début du XIXe siècle, les observateurs locaux constatent une baisse de la biodiversité dans la rivière du Robec, autrefois peuplée par des écrevisses et de nombreux poissons, comme des carpes, des truites, des tanches ou encore des écrevisses. Pour assainir, les quartiers de Rouen traversés par la rivière, la municipalité la fera canaliser entre 1938 et 1941.

Pour aller plus loin

PESSIOT Guy, Histoire de Rouen : 1939-1958. La guerre 39, Rouen, éd. du P’tit Normand, 1983, p. 90.
LESGUILLIEZ Alexandre, Notice historique, topographique et statistique sur la ville de Darnétal, et sur les divers genres d’industrie exercés dans cette ville, depuis son origine jusqu’en 1835, Rouen, Les principaux libraires, 1835.
RENAULT, Isabelle, À la découverte de Rouen, Paris, éd. du Panthéon, 2020.

Bénédicte Percheron


G-LISAA

Professeur à l'université Gustave Eiffel Responsable de l'équipe BIOHUMANITIES à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de Paris Membre de l'Institut universitaire de France Directrice de la revue Arts et Savoirs sur OpenEdition Responsable de la collection "Savoirs en texte", Lisaa Editeur, OpenEdition Responsable de la collection "Formes et Savoirs", Presses universitaires de Strasbourg Responsable de la série Gustave Flaubert (Minard/Classiques Garnier)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search